Réaction après l'activation de la clause de sauvegarde

Publié le par FSL33 - Forum Social Local de Gironde

De http://vigilanceogm33.over-blog.com/

Communiqué de presse

Pour une loi en cohérence avec les doutes sérieux émis par le comité de préfiguration de la haute autorité.

Après 10 jours de grève de la faim à Paris et Clermond-Ferrand, relayés par plusieurs jeûnes en province et une importante mobilisation, nous prenons acte de l'activation de la clause de sauvegarde annoncée par MATIGNON. Elle devra déboucher sur un moratoire concernant le MONSANTO 810, seule culture OGM autorisée en France.
La reconnaissance par le Comité de la Haute Autorité des risques sérieux, que nous dénonçons depuis de nombreuses années, oblige le gouvernement à reconsidérer totalement les termes du projet de loi relatif aux OGM puisque la coexistence qu'il prétend organiser est impossible.

Nous demandons une loi qui garantisse réellement la liberté et le droit de produire et de consommer sans OGM.
C'est dans cet esprit que notre action s'intensifie auprès des Sénateurs et Députés qui devront se prononcer sur ce projet de loi.
Le moratoire mis en place, nous exigeons que le gouvernement prenne ses responsabilités en ordonnant la destruction ou la mise sous scellés des semences et récoltes du MON 810 produites en 2007.
D'autre part nous prenons bonne note des remarques formulées par le comité de pré-figuration concernant la remise en cause des importations d'OGM qui actuellement rentrent dans l'alimentation animale.
Enfin, la prise en compte par le comité des risques encourus par l'utilisation du MON 810 invalide les décisions judiciaires prises à l'encontre des faucheurs depuis 10 ans.

C'est pourquoi nous réclamons que soit prononcée une amnistie générale.

Les signataires :

-         VIGILANCE OGM 33
-         GREENPEACE
-         ATTAC
-         ALTERNATIVE 2007
-         FAUCHEURS VOLONTAIRES
-         CONFEDERATION PAYSANNE
-         LES VERTS

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article