Savoirs et Citoyenneté

Publié le par FSL33 - Forum Social Local de Gironde

Du site Espace Marx :

 

Par Marie-Josée HENRIOUX, Conservatrice de Bibliothèque Universitaire, Retraitée, Membre du Conseil d’Orientation d’Espaces Marx Aquitaine-Bordeaux-Gironde

Il est désormais banal de souligner la rapidité des évolutions scientifiques et techniques. Le problème est que les connaissances communes du citoyen n’évoluent pas aussi vite que les savoirs. Cela n’est pas nouveau mais jamais le décalage n’a été aussi grand entre la vitesse des découvertes et la maîtrise par les citoyens d’une compréhension du monde qui permette de jouer pleinement son rôle de citoyen. Et l’on voit fleurir des expressions comme : "cela n’est pas pour moi" ou "je n’y comprends rien" ; pire j’ai entendu des réactions assez violentes contre internet qui ne peuvent s’expliquer que par l’impression qu’ont tous ceux qui n’ont pas d’ordinateur (moyens financiers insuffisants ou insuffisance de savoirs initiaux) d’être les laissés pour compte de la révolution informationnelle.

Moi-même, lors de la campagne pour le referendum pour le TCE je me suis sentie exclue de tous les débats dont beaucoup se sont faits sur le web. Ce sentiment d’impuissance est un des pires dangers pour la démocratie. Il ouvre la porte à la confiscation de la parole et de la réflexion par des experts autoproclamés qui nous abreuvent à longueur d’antenne TV ou radio du catéchisme de la pensée unique libérale. Or notre période est riche en problèmes éthiques posés justement par ces évolutions. Quel niveau scolaire pour la formation initiale ? Les citoyens doivent se saisir de ce problème et ne pas le laisser aux enseignants et aux technocrates de l’éducation.

Est-il normal dans le droit politique et social de ficher les citoyens y compris dans ce qui constitue la partie la plus intime de l’individu et la mémoire de l’espèce à savoir l’ADN ? Va-t-on laisser les démagogues de tous poils remettre en cause les avancées du droit des individus et accepter qu’un individu jugé coupable, condamné et qui a purgé sa peine soit enfermé pour des actes qu’il n’a pas commis mais que l’on juge (qui ?) qu’il pourrait commettre. Ce serait un recul de civilisation d’avant les Lumières ?

Allons-nous laisser les scientifiques donner, à la lumière des découvertes biologiques récentes, une nouvelle définition de l’être humain et de ce qu’est l’humanité ? Ce ne sont là que quelques questions bien superficielles vu l’ampleur des problèmes contemporains, mais on doit s’y pencher dessus pour faire des propositions qui permettent aux citoyens de prendre en mains le devenir, pas seulement de la planète en contrôlant l’environnement, mais aussi de la société que nous voulons et au final l’avenir d’une humanité généreuse, égalitaire et LIBRE.

http://espacesmarxbordeaux.apinc.org/

Rappel :
Contributions au FSM, FSE, FSL33,..., Réflexions

Introduction de Vincent TACONET, Président d’Espaces Marx à une des rencontres organisées dans le cadre de la journée décentralisée du Forum Social Mondial, le Samedi 26 Janvier 2008 à Bègles.

lien

Publié dans Gauche

Commenter cet article