Atelier: L'eau, enjeu du conflit Israélo-Palestinien

Publié le par FSL33 - Forum Social Local de Gironde

André Rousseau a présenté le Dimanche 4 un atelier sur ce thème, à l'aide d'un diaporama :

Présentation :

Le Proche-orient est une terre aride. Si l'on se limite aux trois régions où le problème de l'eau se pose avec le plus d'acuité, à savoir la Jordanie, Israël et les Territoires palestiniens, on constate que l'exploitation réelle des ressources, pour satisfaire à la demande actuelle, est très proche, voire supérieure à ce qui est effectivement disponible. Ainsi, en 1994, la consommation d'eau en Israël dépasse les 2000 millions de mètres cube/an alors que les ressources renouvelables n'excédent pas les 1500 millions de mètres cube/an. En Jordanie, le déficit d'eau se monte en 1999 à 155 millions de mètres cube et les nappes phréatiques sont surpompées à 180%. Le cas est encore plus net dans la bande de Gaza qui exploite ses ressources renouvelables à 217%, ce qui pose d'importants problèmes, tant pour la qualité de l'eau pompée dans les nappes, que pour l'avenir avec le risque d'assécher ces nappes, dont beaucoup ne se renouvellent plus.


L'avenir ?

Il est inacceptable qu'Israël puisse accaparer la presque totalité des ressources hydrauliques de la région au profit exclusif de ses ressortissants - minoritaires en nombre -. Le fait incontournable que ces ressources soient insuffisantes pour permettre une utilisation de l'eau semblable à celle des pays tempérés, devrait au contraire inciter à la recherche de modus vivendi des peuples de la région. Or, Israël refuse à ce jour toute (re)négociation sur ce sujet, tant avec l'Autorité Palestinienne qu'avec ses voisins, comme le prouve sa politique au sud-Liban et au Golan.

La politique internationale de l'eau qui avait été initiée dans les années 50 avec le Plan Johnston, a été mise sous le boisseau par Israël. Il serait temps que sous l'égide de l'ONU se tienne une Conférence internationale avec les pays alentour, tout en étant conscient que le règlement politique sur la base des résolutions de l'ONU et le partage équitable de l'eau sont indissociables. Il est aussi évident que si, en Palestine, un seul pays – laïque – permettait à l'ensemble de la population de vivre sous les mêmes lois, la résolution du problème de l'eau serait plus facile. En attendant, le statu quo mène directement à une catastrophe annoncée. Et rappelons-nous que dans l'histoire de la Mésopotamie, des civilisations ont disparu par suite d'insuffisance des ressources hydrauliques.


Voir les documents :



   
Le rôle de l'eau dans la politique israélienne
      d'occupation de la Palestine





   Résumé historique succinct de la situation politique
   en Palestine depuis la fin de la 2ème Guerre Mondiale





    Présentation Power Point : L'eau en Palestine

Publié dans Anti-guerre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article